Historique



Le château de Chassagny est un ensemble de vastes dimensions autrefois fermé par une enceinte rectangulaire avec quatre tours qui subsistent toujours. Les communs se sont peu à peu appuyés sur le mur d’enceinte ouest, on accède à la cour de ferme par un portail à génoise du XVIII ème siècle. La propriété pouvait vivre en autarcie grâce à ses vignes (cuvage, pressoirs, chais), ses champs (granges, moulins, caves) et son cheptel (étables, écuries, porcheries, pigeonnier, poulailler…) De plus, le seigneur de Chassagny avait “toute justice”, haute, moyenne et basse.

Le château a une forme de quadrilatère un peu irrégulier cantonné au nord par deux tours rondes et par deux échauguettes, dont il ne subsiste que les bases au sud. Il se compose de quatre corps de bâtiments qui s’articulent autour d’une cour carrée. Entre la “forteresse” (château actuel) et l’enceinte, l’espace libre s’appelait “basse-cour (lieu où se réfugiaient la population et les cheptels que le seigneur devait protéger en temps dangereux).

Un étang, toujours existant, servait de réservoir d’eau pour inonder les fossés qui entouraient le château des quatre côtés. On remarquera le donjon, sorte de grosse tour carrée du XIV ème siècle, qui a subsisté lors de la reconstruction vers 1570 après les guerres de religions. Il conserve ses fenêtres à fentes et traverses de pierre. On aborde le château par le nord, en franchissant le pont fixe qui a remplacé le pont-levis; la porte à bossages est toujours pourvue de ses deux vantaux cloutés. On accède à la cour intérieure par un passage central voûté. Bordée d'arcades sur trois côté, la cour est un ensemble du XVI ème siècle assez homogène; la partie sud était celle réservée au seigneur.

Le parc tracé au XVIII ème siècle adopte un plan régulier dit “à la française”; l’axe central commence à la grille en fer forgé sur la rue, passe par la porte à bossages, le passage, la cour intérieure et le vestibule et se poursuit avec l’allée majeure du parc sud qui offre une vue sur les monts du Pilat.

Toujours propriété privée, elle a appartenu à Guillaume de Chassagny en 1186, puis aux du Fay au XIV ème siècle et à la puissante famille de Bron en Dauphiné. Les Duprat cèdent la seigneurie en 1732 au profit des Dumarest, puis le château est racheté par Jean-Baptiste Dugas en 1786 et par descendance aux Jordan au XIX ème siècle. Au début du siècle suivant, le château est acquis par Monsieur de Goiffon, industriel lyonnais et également descendant d’échevins de la ville de Lyon; il demeure conservé dans la même famille aujourd’hui.

Conception et réalisation : Nicolas Lambert